Bretagne: Un détenu sur deux libéré par manque de personnel depuis le 1er mai

mercredi 21 novembre
Bretagne: Un détenu sur deux libéré par manque de personnel depuis le 1er mai

Depuis le 1er mai, un détenu breton sur deux est libéré car personne n'est disponible pour les emmener au tribunal. Le manque de personnel pénitentiaire entraîne des dysfonctionnements majeurs au sein du système judiciaire, déclenchant la colère des magistrats, qui doivent sans cesse reporter les audiences. Ces reports pour défaut d'extraction laissent courir le temps de détention provisoire, qui arrive un jour ou l'autre à son terme, obligeant la justice à libérer des détenus qui ne sont pas encore condamnés.

Cette situation s'accentue depuis le 1er mai, ont constaté les magistrats, notamment en Bretagne. Les tribunaux étant éloignés des maisons d'arrêt, les trajets se rallongent et se multiplient. Le personnel pénitentiaire étant désormais en charge des transferts des détenus, ne peut tout simplement pas assurer cette fonction supplémentaire.

"Ces dysfonctionnements pour cause de défauts d'extraction intempestifs constituent un trouble à l'ordre public" s'alarment les magistrats. Si un détenu sur deux est libéré par manque de personnel, 25 pour cent de ceux restant, voient leur audience reportée ultérieurement. Il risque donc d'y avoir d'autres libérations dans les semaines à venir.