Mais qui est donc ce jeune entrepreneur de 19 ans qui fait la une ?

mercredi 21 novembre
Mais qui est donc ce jeune entrepreneur  de 19 ans qui fait la une ?

Qui est ce jeune caméraman de 19 ans qui fait la une, de sont prénom Garry Delhez voici une interview sur sont métier :
En quoi consiste votre métier?
Être caméraman, c'est aller dans le feu de l'action pour pouvoir montrer aux gens les événements qui les entourent. Nous devons nous diriger au devant des faits qui vont se produire ou qui sont en train de se réaliser. L'image devient en effet, un outil de plus en plus précieux dans les médias aujourd'hui
Quelles qualités faut-il avoir pour être un bon caméraman ?
Il faut savoir transmettre l'information dans l'image. C'est une question de feeling. Sans les commentaires, le téléspectateur doit savoir de quoi on parle. Il faut être précis dans sa démarche, filmer les personnes les plus utiles au reportage.
Quotidiennement, je travaille, de manière générale, avec les chefs de projets, les équipes « matériel de tournage », les consultants éditoriaux et aussi avec les équipes IT s'occupant de l'aménagement du matériel de montage. J’aime collaborer et dialoguer avec les différentes équipes pour que chacun puisse s'harmoniser et travailler d'un commun accord. Mais ce qui me plait avant tout dans mon métier, c'est de créer visuellement quelque chose à partir d'outils techniques. Toutefois, il ne faut pas avoir peur des horaires. Il faut savoir commencer tôt et finir tard parfois 3 à 4 fois par semaine ! »

Les qualités nécessaires. « Pour réussir dans le milieu, il faut être patient et à l'écoute des clients, du chef de projet, des coéquipiers... Chacun peut apporter un axe d'amélioration et il est important d'être attentif aux moindres détails. De même, il faut pouvoir être aussi force de proposition et de conseil. Il faut également être curieux et à jour sur les nouveautés technologiques et créatives de ce métier. Et être attentif au monde environnant : il est important de bien comprendre ce que les clients veulent exprimer. Enfin, certains tournages ont lieu à l'étranger et sont destinés en priorité à un public anglophone. Il ne faut donc pas négliger les langues durant son cursus scolaire. »
De quelle manière avez-vous appris le métier ?
Sur le tas, comme la photographie d'ailleurs. J'ai commencé à appliquer mes idées de reportages à la vidéo avec toujours le sens de l'image, au grand angle, près des choses et des gens, comme en photo, mais là il y avait en plus les interviews à faire puis le montage et la distribution.
C'est ainsi que j'ai créé avec une amie ma première boîte de production. Nous avions comme clients principaux les médias ainsi que les boites de production.